Publications

Banque de France - Tendances régionales Hauts de France - avril 2017

En avril, la production industrielle régionale est en baisse dans l’ensemble des secteurs, à
l’exception de celui des autres produits industriels. En hausse depuis plusieurs mois, les
entrées de commandes se sont globalement stabilisées tandis que la demande étrangère
s’est inscrite en net retrait.
Les carnets de commandes sont juste convenables. Les industriels annoncent une hausse
de production dans les prochaines semaines.

pour en savoir plus …


Tableau de bord mensuel de l'activité industrielle - Résultats de février 2017

En février 2017, la production manufacturière diminue pour le troisième mois consécutif (- 0,6 % après – 0,9 % en janvier et – 1,1 % en décembre 2016). À l’exception de la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac (+ 0,9 %), tous les grands secteurs (selon la nomenclature A17) reculent. Les baisses de la fabrication de matériels de transport (- 2,3 %) et de la fabrication d’équipements électriques, électroniques et informatiques (- 1,7 %) contribuent le plus à la diminution globale de l’indice.
Les prix de production des produits manufacturés augmentent pour le troisième mois consécutif (+ 0,4 % après + 0,6 % en janvier et + 0,8 % en décembre). Sur un an, la hausse s’accélère et elle s’établit par rapport à février 2016 à + 3,5 %, dont + 63 % pour le raffinage et + 2,6 % pour les autres produits industriels.
Le déficit du commerce extérieur manufacturier de la France se réduit de 1,2 milliard d’euros en février. Les exportations ne se redressent que légèrement (+ 0,7 % après – 7,1 % en janvier). Le solde commercial s’améliore nettement avec l’Asie et le Proche-Orient, grâce à la reprise des ventes d’Airbus à ces pays.

pour en savoir plus …


L'industrie manufacturière française en 2016

La production manufacturière française a légèrement augmenté en 2016 (+ 0,3 %), principalement tirée par l’industrie automobile, la construction aéronautique et spatiale et l’industrie chimique. Le déficit commercial manufacturier s’est creusé de 7,3 Md€. Cette dégradation s’explique principalement par la réduction de 4,9 Md€ de l’excédent en produits aéronautiques et spatiaux. L’emploi salarié direct dans l’industrie manufacturière a modérément reculé en 2016 (- 25 400 emplois, contre – 59 000 en moyenne annuelle depuis 2000), tandis que l’intérim a poursuivi sa forte progression. Le coût horaire du travail continue de croître moins rapidement qu’en Allemagne. Sa hausse a été plus que compensée par les gains de productivité horaire, qui ont fait baisser les coûts salariaux unitaires (- 0,4 %). Le taux de marge dans l’industrie manufacturière est à son plus haut niveau depuis 2002.

pour en savoir plus …


Tendances régionales Hauts de France - avril 2017

Après un début d’année hésitant, l’activité industrielle régionale a enregistré une forte augmentation en mars et s’inscrit dans la tendance favorable constatée au niveau national. Le dynamisme des commandes intérieures et étrangères s’est consolidé.
Les effectifs ont été renforcés. Les prix des matières premières ont continué de progresser ; la répercussion sur ceux des produits finis demeure partielle. Les trésoreries sont juste à l’équilibre.
Les industriels demeurent optimistes, anticipant une nouvelle progression d’activité à court terme. Les prix des produits finis devraient rester en hausse. De nouveaux recrutements sont également annoncés.

pour en savoir plus …


Tableau de bord mensuel de l'activité industrielle - Résultats de janvier 2017

En janvier 2017, la production manufacturière fléchit de nouveau (- 1,0 % comme le mois précédent). À l’exception de la fabrication de matériels de transport quasi stable (- 0,1 %), tous les grands secteurs décroissent, en particulier, la cokéfaction et raffinage (- 8,1 %). La fabrication d’autres produits minéraux non métalliques (- 8,9 %) baisse nettement également : on note des reculs marqués pour la fabrication de ciment, chaux et plâtre (- 18,4 %) et d’ouvrages en béton, ciment ou en plâtre (- 8,3 %) liés en partie à la météo peu favorable en janvier. Certaines productions résistent toutefois telles que l’industrie pharmaceutique (+ 4,0 %) et la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques (+ 4,1 %). Au cours des trois derniers mois la production manufacturière croît de 0,6 % par rapport au trois mois précédents. Par rapport à janvier 2016, elle est en baisse sensible (- 1,3 %).

Les prix de production des produits manufacturés augmentent de nouveau en janvier (+ 0,6 % après + 0,9 % en décembre).

Le déficit du commerce extérieur manufacturier de la France, après des réductions sensibles en novembre et décembre, s’aggrave fortement en janvier, de plus de trois milliards d’euros.

télécharger les chiffres


Tableau de bord de l'emploi salarié - 4e trimestre 2016

Au quatrième trimestre 2016, la hausse de l’emploi total dans les secteurs concurrentiels non agricoles continue d’augmenter (+ 69 600 salariés après + 56 200 au troisième trimestre 2016 et + 40 200 au deuxième trimestre 2016).
Dans l’industrie, la hausse de l’emploi (y compris intérim) s’amplifie de nouveau au quatrième trimestre 2016 (+ 11 000 postes après + 5 600 au trimestre précédent).
L’emploi du secteur de la construction (y compris intérim) augmente de nouveau.
L’emploi tertiaire marchand (y compris l’intérim de tous les secteurs) croît de nouveau fortement. La hausse de l’emploi des activités concurrentielles du secteur tertiaire non marchand (activités pour la santé humaine et activités médico-sociales et sociales, hors emploi public) décélère légèrement (+ 5 100 salariés après + 5 800), soit une progression de près de 26 700 salariés sur un an.

pour en savoir plus …


Bulletin de conjoncture industrielle - 4e trimestre 2016

La production manufacturière française est en hausse au quatrième trimestre 2016 (+ 0,7 %). Les biens intermédiaires augmentent (+ 0,7 %), de même que les biens d’investissement (+ 1,2 %), notamment l’industrie automobile (+ 4,1 %). Les biens de consommation sont stables (- 0,1 %).
Le déficit manufacturier se réduit légèrement (- 10,2 milliards d’euros après – 11,0 milliards). Les exportations (+ 2,9 %) progressent plus fortement que les importations (+ 2,0 %). L’emploi total de l’industrie manufacturière augmente (+ 12 000 postes), porté par la croissance de l’intérim. Les prix des produits industriels se redressent pour l’ensemble des marchés (+ 0,9 %). Ceux des produits importés croissent également (+ 1,2 %). La production manufacturière, en hausse dans l’Union européenne (+ 1,0 %), progresse légèrement dans la zone euro (+ 0,6 %). Elle stagne en Allemagne. À l’international, elle croît modérément aux États-Unis (+ 0,4 %) et en Corée du Sud (+ 0,7 %) mais plus fortement au Japon (+ 2,2 %) et en Chine (+ 1,5 %).

pour en savoir plus …


Tendances régionales Hauts de France - février 2017

En février, la production industrielle régionale a légèrement reculé, du fait notamment d’un repli dans la branche agro-alimentaire et d’une nouvelle contraction de la fabrication de matériels de transport. L’évolution de la demande globale est restée favorable, les marchés intérieurs ayant connu un regain de dynamisme. Les industriels continuent de juger leurs carnets satisfaisants. À court terme, les prévisions
d’activité sont orientées à la hausse dans tous les secteurs.

pour en savoir plus, télécharger le document


Résultats de l'enquête : Les entreprises en Région Hauts-de-France - Bilan 2016 et Perspectives 2017

Après une année 2015 marquée par une reprise graduelle de l’activité, le climat des affaires s’est encore très légèrement redressé en 2016. L’exercice a cependant été marqué par un trou d’air durant le second trimestre, marqué par des mouvements sociaux : le PIB a reculé de 0,1 %, avant de rebondir ensuite progressivement. L’indicateur du climat des affaires dans l’industrie se situait ainsi à 102 en décembre, soit son niveau le plus élevé depuis mai 2011. La situation s’est aussi nettement améliorée dans le secteur du bâtiment. La reprise plus franche de l’activité en zone euro a globalement bénéficié à l’économie française, mais cette dernière a aussi pâti des difficultés persistantes de certains grands pays émergents. Le Brexit n’a pour le moment pas eu un impact significatif sur l’économie française.

En 2016, le PIB devrait progresser d’1,1 %, soit un rythme comparable à celui de 2015 (1,2 %) mais en progrès par rapport à 2014 (0,7 %). Les ménages ont poursuivi leurs dépenses de consommation (+1,8 % en 2016 après +1,5 % en 2015 et +0,7 % en 2014) et ont repris leurs investissements (+1,5 % après -0,8 % et -3,5 %), notamment dans l’immobilier. Cette amélioration a aussi été portée par la reprise confirmée de l’investissement des entreprises (+4,3 % après +2,7 % et +1,4 %) toujours soutenu par l’allégement de leurs charges. La contribution au PIB de la demande intérieure est de 1,9 point en 2016 après 1,3 en 2015.

pour en savoir plus …


Tableau de bord mensuel de l'activité industrielle - Résultats de décembre 2016

En décembre 2016, la production manufacturière fléchit à nouveau, après un net rebond en novembre (- 0,8 % après + 2,3 %). À l’exception de la fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques et de la fabrication de machines (+ 0,2 %), tous les grands secteurs baissent, en particulier, la cokéfaction et raffinage (- 4,3 %) interrompant trois mois de hausses consécutives. La fabrication d’autres matériels de transport (- 4,1 %) et la réparation et installation de machines et d’équipements (- 1,8 %) expliquent principalement cette baisse. À l’inverse, l’industrie chimique (+ 1,5 %) et la fabrication de machines et équipements n.c.a. (+ 3,9 %) contribuent à la hausse. À noter le quasi-arrêt de la fabrication de produits à base de tabac (- 95 %).

Sur l’ensemble des marchés (marché intérieur et à l’exportation), les prix de production des produits manufacturés augmentent en décembre (+ 0,8 % après + 0,0 % en novembre). Sur un an, la hausse par rapport à décembre 2015 s’établit à + 1,4 %, dont une augmentation de + 39,3 % pour les seuls produits du raffinage, les évolutions étant quasi stables pour les autres regroupements de produits.

pour en savoir plus …